Tolérance, solidarité, plaine conscience?

read 1524 times

Walter Bieri - Éditoral CampingRevue 4 / 2021

La pandémie fleurit étrangement. Avec la fermeture des frontières, le camping continue d’exploser en Suisse – les campings seraient surpeuplés. Les anciens se plaignent des nouveaux campeurs et oublient qu’ils étaient aussi des débutants autrefois. Les campeurs saisonniers sont agacés par les «nomades» en constante évolution (et viceversa). Afin d’être sûr d’avoir une place, vous réservez trois ou quatre places à la fois puis conduisez jusqu’à la plus belle. Bien sûr, sans annuler l’autre.

Lors de la première vague, des centaines de camping-cars se tenaient aux abords de la forêt et des plans d’eau en raison de la fermeture des campings, malgré les interdictions. D’innombrables places de parking ont été créées sous la pression, dont certaines sont désormais peu fréquentées. On oublie aussi parfois que les parkings sont des parkings et non des campings. Et déjà, il y a de nouvelles envies. Des stations d’élimination sont exigées, ce qui implique d’énormes investissements. Nos agriculteurs ont également reconnu qu’une valeur ajoutée peut être générée ici grâce aux places de stationnement. En même temps, cependant, il y a des plaintes au sujet de l’effort qui est déclenché par les procédures d’approbation requises.

Je suis curieux de voir comment ceci évoluera une fois la pandémie passée, lorsque les voyages à l’étranger seront à nouveau possibles sans aucun problème. Mais surtout, je souhaite plus de tolérance et de compréhension mutuelle et que l’égoïsme ne devienne pas la règle.